Accueil » Projet de loi relatif au renforcement de la sécurité sanitaire du médicament et des produits de santé

LE TRAVAIL PARLEMENTAIRE DU RDSE<<< Revenir à la liste

Discussions générales

Projet de loi relatif au renforcement de la sécurité sanitaire du médicament et des produits de santé

Intervention de madame Françoise Laborde - nouvelle lecture

Françoise LABORDE

M. le président. Nous reprenons la discussion en nouvelle lecture du projet de loi, adopté par l'Assemblée nationale, relatif au renforcement de la sécurité sanitaire du médicament et des produits de santé.

Dans la suite de la discussion générale, la parole est à Mme Françoise Laborde.

Mme Françoise Laborde. Monsieur le président, monsieur le ministre, mes chers collègues, lors de l'examen en première lecture, le 26 octobre dernier, du projet de loi relatif au renforcement de la sécurité sanitaire du médicament et des produits de santé, le RDSE, par la voix de Gilbert Barbier et Anne-Marie Escoffier, avait dit sa satisfaction de voir enfin prises les mesures indispensables pour restaurer la confiance dans un domaine malmené par l'affaire du Mediator.

Nos deux collègues avaient ensemble relevé de vraies améliorations, s'agissant en particulier de la transparence des liens d'intérêts et des mesures envisagées pour protéger les experts, certains agents et dirigeants des autorités et agences de sécurité sanitaire contre eux-mêmes. Ils avaient également noté la volonté de totale transparence sur les conventions conclues entre les entreprises et les professionnels de santé et sur les avantages consentis par les premières aux seconds.

Parmi les avancées, ils avaient souligné la place nouvelle donnée à la pharmacovigilance, tout en regrettant que reste encore dans l'ombre la vigilance relative au matériel d'exploration médicale, notamment les IRM et scanners.

Ils avaient encore cité l'encadrement des prescriptions hors autorisation de mise sur le marché et la publicité.

Cependant, ils étaient restés circonspects par rapport à d'autres dispositions du projet de loi : l'insuffisante transparence des procédures s'agissant des travaux des agences ; la multiplication des agences, des commissions, des comités, qui nuit à la cohérence entre les différentes structures ; la modification du rôle des visiteurs médicaux et du fonctionnement des visites médicales.

Le RDSE s'était très largement associé aux modifications de forme et de fond introduites par la commission des affaires sociales, par voie d'amendements, pour améliorer le texte initial.

L'échec de la commission mixte paritaire a conduit à un retour, pour l'essentiel, au texte de l'Assemblée nationale. Cette nouvelle rédaction n'est plus celle à laquelle, initialement, le RDSE était prêt à adhérer.

Au moment où survient le scandale des prothèses mammaires défectueuses, alors que l'affaire du Mediator reste très présente dans toutes les mémoires, on ne peut que s'interroger sur les intentions réelles du ministère de la santé au sujet d'un dossier pourtant grave et sérieux. À croire que l'urgence était de trouver la bonne appellation pour l'agence chargée de la sécurité sanitaire du médicament. Débaptiser l'Agence « française » de sécurité sanitaire des produits de santé pour la renommer Agence « nationale » de sécurité du médicament et des produits de santé permet simplement d'occulter une partie du débat.

Les liens d'intérêts resteront, après le retour du texte de l'Assemblée nationale, des liens peu ou mal contrôlés, échappant de facto aux dispositions de la loi du 29 janvier 1993 relative à la prévention de la corruption et à la transparence de la vie économique et des procédures publiques.

La transparence voulue, grâce à l'obligation de publication des conventions avec l'industrie pharmacologique, est rendue à sa situation première : celle de la complexité rendant impossible tout contrôle facile.

J'en viens à la gouvernance des produits de santé. On ne peut que regretter la marginalisation des associations de victimes d'accidents médicamenteux ou des associations d'usagers du système de santé. Elle aurait dû faire l'objet d'un vrai consensus, qui aurait pu conduire à moraliser le rôle des industries pharmaceutiques.

Nous aurions souhaité que les procédures d'octroi des autorisations temporaires d'utilisation garantissent la voie de la recherche, tout en empêchant de contourner les procédures d'autorisation de mise sur le marché. Le retour au texte de l'Assemblée nationale supprime tout encadrement de ces autorisations à caractère temporaire et permet, hélas ! de nouveaux excès.

Enfin, et ce sera là le dernier exemple, l'Assemblée nationale est revenue sur le sort des visites collectives, maintenant un statu quo voulu par les professionnels. Le texte voté par le Sénat aurait pourtant pu être l'occasion d'améliorer le fonctionnement de ces visites, en particulier dans les petits hôpitaux.

Le texte, dans sa dernière rédaction, prévoit trop peu d'aménagements susceptibles de concorder avec les préconisations de la mission commune d'information du Sénat « Mediator : évaluation et contrôle des médicaments ». Il reste, pour une large partie, insatisfaisant. C'est pourquoi le RDSE, dans sa grande majorité, ne votera pas le texte et soutiendra la motion tendant à opposer la question préalable, qui sera présentée par M. Cazeau. (Applaudissements sur les travées du groupe socialiste-EELV.)

<<< Revenir à la liste