Accueil » Proposition de résolution visant à créer une station de radio française « Radio France Europe »

LE TRAVAIL PARLEMENTAIRE DU RDSE<<< Revenir à la liste

Discussions générales

Proposition de résolution visant à créer une station de radio française « Radio France Europe »

Intervention de Yvon Collin

Yvon COLLIN

M. le président. La parole est à M. Yvon Collin.

M. Yvon Collin. Monsieur le président, madame la ministre, mes chers collègues, l'initiative de notre collègue Pierre Bernard-Reymond tendant à la création d'une radio dédiée à l'information sur la réalité quotidienne des peuples qui composent, avec les Français, l'Union européenne est intéressante. À quelques mois des élections européennes, elle pose une véritable question : l'adhésion des citoyens à la construction communautaire qui débuta le 9 mai 1950 lorsque Robert Schuman proposa la mise en commun des industries du charbon et de l'acier de la France et de l'Allemagne, ainsi que des pays qui voudraient s'associer à eux.

« Il n'est plus question de vaines paroles, mais d'un acte, d'un acte hardi, d'un acte constructif. La France a agi et les conséquences de son action peuvent être immenses. Nous espérons qu'elles le seront. » C'est en ces termes que s'exprima, à l'époque, Robert Schuman.

Ce n'est pas faire injure à sa mémoire que de dire que, tout en les pressentant, il n'imaginait sans doute pas les développements que son initiative allait engendrer.

À ce jour, l'Union européenne compte vingt-huit membres ; elle a des institutions, une monnaie unique. Ce qui avait débuté comme une union purement économique s'est transformé en un partenariat portant sur de nombreux domaines, allant de l'aide au développement jusqu'à l'environnement.

Pendant longtemps, cette communauté s'est construite avec l'accord tacite des citoyens, bercés par un récit ayant mis en avant la réconciliation, la paix et la prospérité. Mais ce récit a vécu. Et, aujourd'hui, nombre de ces citoyens la jugent tatillonne, inefficace et insuffisamment protectrice. Certains y voient même une entreprise menaçante, « prédatrice », qui broie les nations dans une structure sans âme, lointaine, voire antidémocratique. Comment en est-on arrivé là ?

En cette période de crise économique et sociale, les peuples européens sont légitimement inquiets ; ils craignent sans doute de perdre leur destin et leurs priorités. Mais force est de l'admettre, le projet politique européen est loin de répondre à leurs attentes et à leurs préoccupations quotidiennes.

Au cours de ces dernières années, l'Europe s'est enlisée dans une gestion d'urgence de la crise, ne paraissant plus s'occuper que du redressement des banques, des indicateurs financiers et monétaires. Pendant ce temps, les délocalisations se sont multipliées, les inégalités se sont creusées et la concurrence entre les travailleurs européens s'est installée.

Nous avons tous, gouvernants comme élus, une responsabilité. Depuis trop longtemps, nous sommes dans l'incapacité de faire partager les finalités de l'Europe, de donner du sens à cette union difficile, compliquée. Au lieu de dire aux Français : « Voilà ce que nous pouvons faire ensemble de grand », on leur a répété inlassablement : « Nous n'y pouvons rien. » En plus, on a imputé à Bruxelles, avec ses oukases, la plupart des maux nationaux. Si un tel discours peut s'avérer électoralement payant, il est cependant injuste, dangereux et contraire à l'intérêt de nos concitoyens et de la Nation. Il a d'ailleurs fait le lit de tous les populismes ; l'extrême droite en a fait le terreau de ses pousses mortifères, en cristallisant les problèmes sans proposer de solutions.

Dans ces conditions, qu'y a-t-il d'étonnant à ce que l'Europe soit aujourd'hui perçue comme une simple maison de redressement budgétaire, une maison où vivent des colocataires qui se tolèrent, et non pas des amis qui se soutiennent et partagent un idéal commun ?

M. Pierre Bernard-Reymond. Très bien !

M. Yvon Collin. Les réticences de certains pays à aider la Grèce ou la récente bataille sur les perspectives financières et le projet de budget pour 2014 témoignent de ce constat, d'un certain retour aux égoïsmes nationaux.

J'en ai bien conscience, ce n'est pas en rêvant d'un grand soir fédéral, comme nous le faisons parfois, que nous réussirons à faire renaître une conscience européenne chez nos concitoyens. Nous y parviendrons en menant des politiques concrètes, qui répondent à leurs besoins réels.

L'année 2013 a été décrétée « Année européenne des citoyens » par l'Union européenne. Cela signifie que nous devons mettre le citoyen au cœur des actions, qu'elles soient menées à l'échelon local, national ou européen.

J'admets que le Gouvernement a œuvré en ce sens. Sous l'impulsion de notre pays, l'aide alimentaire aux plus démunis a été rétablie, un fonds pour l'emploi des jeunes a été créé, une politique d'investissement au service de l'emploi a été décidée. Il faut poursuivre dans cette voie !

M. Jean-Claude Requier. Oui !

M. Yvon Collin. L'Europe, c'est la chance de la France. Essayons de la vivre avec optimisme et de peser pour qu'elle soit plus juste et plus sociale, faute de quoi les élections européennes de 2014 risquent d'être un fiasco !

M. Jean-Claude Requier. Très bien !

M. Yvon Collin. Enfin, il n'y aura pas d'Europe unie sans une meilleure connaissance et une compréhension mutuelles des peuples qui la composent. Décréter la citoyenneté européenne et la solidarité entre les citoyens ne suffit pas. Il faut miser sur l'éducation, les échanges culturels et les initiatives politiques.

La radio qu'appelle de ses vœux notre collègue Pierre Bernard-Reymond est en quelque sorte une fenêtre sur l'Europe qui peut favoriser un esprit de cohabitation, d'échange et de partage. Il nous semble difficile de ne pas lui apporter notre soutien même si, bien évidemment, ce n'est pas une proposition de résolution qui permettra de voir apparaître soudainement une nouvelle radio dans notre paysage radiophonique.

Qui plus est, dans le contexte budgétaire actuel, la création de cette radio ne peut évidemment être une priorité, d'autant que d'autres stations de radio ou chaînes de télévision ont des programmes destinés à promouvoir et à diffuser la diversité des cultures européennes, ainsi que vient de le souligner notre collègue Claudine Lepage.

Quoi qu'il en soit, le groupe du RDSE, qui compta parmi ses membres une figure de la construction européenne, Maurice Faure, signataire du traité de Rome, n'est bien évidemment pas opposé au principe d'une telle radio, même s'il est bien conscient de la quasi-impossibilité de la voir émerger dans le contexte actuel et, qui plus est, eu égard à la rareté des fréquences FM. (Applaudissements.)

<<< Revenir à la liste