Accueil » Projet de loi de finances pour 2015 - mission travail et emploi

LE TRAVAIL PARLEMENTAIRE DU RDSE<<< Revenir à la liste

Discussions générales

Projet de loi de finances pour 2015 - mission travail et emploi

Intervention de Françoise Laborde

Françoise LABORDE

Mme la présidente. La parole est à Mme Françoise Laborde.

Mme Françoise Laborde. Madame la présidente, monsieur le ministre, mes chers collègues, le budget de l'emploi pour 2015 s'élève à 11,1 milliards d'euros, en très légère diminution par rapport à l'année dernière. Toutefois, cette baisse doit être relativisée, car elle intervient dans un contexte de fortes restrictions budgétaires qui méritait d'être rappelé. Comme vous l'avez souligné, monsieur le ministre, il s'agit de « faire beaucoup mieux avec à peu près autant qu'auparavant ». Nous n'avons pas le choix !

Pour autant, j'émettrai une réserve au sujet des maisons de l'emploi. Je regrette en effet que le projet de loi de finances pour 2015 ne prévoie qu'une enveloppe de 26 millions d'euros pour le fonctionnement de ces structures et que vous ne leur accordiez pas un financement spécifique complémentaire. Vous justifiez cette décision par le recentrage des missions de ces structures. En effet, leur nouveau cahier des charges ne prévoit plus que deux missions – le développement de l'anticipation des mutations économiques et le développement local de l'emploi – contre quatre initialement. Je crains toutefois que cette réduction ne mette en péril l'avenir de ces structures qui jouent un rôle essentiel de coordination entre les services de l'État, le service public de l'emploi, la région et les collectivités locales.

Monsieur le ministre, les effets de la crise qui affecte notre pays depuis 2008 sont dramatiques : plus de 3,4 millions de Français sont à la recherche d'un travail et le nombre de chômeurs de longue durée s'est littéralement envolé.

Ce budget ne remet aucunement en cause la mobilisation du Gouvernement en faveur de l'emploi. Bien au contraire ! Il traduit la volonté qui est la vôtre et celle du Président de la République depuis plus de deux ans de lutter contre le chômage.

Monsieur le ministre, votre budget réaffirme la priorité accordée à l'emploi des jeunes. Je m'en félicite ! Avec la crise, le chômage des jeunes a en effet explosé et les moins qualifiés ont été les plus touchés. Aussi, je ne peux que saluer les efforts importants qui sont faits pour l'accompagnement des jeunes vers l'emploi. Je pense notamment aux emplois d'avenir qui s'adressent aux jeunes peu diplômés ayant des difficultés d'accès à l'emploi. L'objectif est de faciliter leur insertion professionnelle en leur proposant un emploi à temps plein de longue durée incluant un projet de formation. Ainsi, 94 633 emplois d'avenir ont été créés en 2013, 94 801 contrats devraient être conclus en 2014 et 50 000 contrats sont prévus pour 2015.

Je pense également à la « garantie jeunes », mise en place dans le cadre du plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale de janvier 2013. Cette mesure accompagne les jeunes les plus vulnérables pour les aider à se remettre dans la dynamique de l'emploi. Elle permet de leur redonner confiance en leur garantissant une allocation en contrepartie d'un parcours intensif pour les faire accéder à de premières expériences de formation ou d'activité professionnelle. Ce nouveau dispositif bénéficiera en 2015 de 148 millions d'euros en autorisations d'engagement et de 133 millions d'euros en crédits de paiement. Je me réjouis, monsieur le ministre, que vous élargissiez ce dispositif qui ne bénéficie aujourd'hui qu'à quelques milliers de jeunes, car le bilan de l'expérimentation dans dix départements est en effet plutôt encourageant.

L'apprentissage, dont la réforme entrera en vigueur le 1er janvier 2015, est également un des leviers dans la lutte contre le chômage des jeunes. Vous avez d'ailleurs appelé à « une révolution intellectuelle » sur l'apprentissage et à une réhabilitation du travail manuel. Je ne peux qu'y souscrire, car cette voie est encore considérée en France comme dégradante ; conseillers d'orientation, parents et professeurs l'assimilent trop souvent à une voie de garage.

J'insiste sur ce point qui me tient à cœur. Il faut, dès l'école élémentaire, expliquer de façon positive l'évaluation et l'orientation et non pas brandir la menace d'une orientation vers l'enseignement technique en cas de mauvais résultats. Ce sera un beau travail transversal à réaliser en coordination avec Mme Najat Vallaud-Belkacem, monsieur le ministre !

Pourtant, l'apprentissage répond, à la fois, au besoin de qualification et d'insertion professionnelle des jeunes et à la demande des entreprises de recruter des salariés qualifiés. Surtout, 80 % des jeunes issus de l'apprentissage trouvent un emploi à l'issue de leurs années de formation. Ce système a d'ailleurs fait ses preuves chez nos voisins, notamment en Allemagne, en Suisse ou en Autriche.

Au-delà du dispositif d'aide aux employeurs d'apprentis, le Gouvernement a lancé une campagne de promotion de l'apprentissage. Je pense qu'il faut aller plus loin pour revaloriser son image et faire évoluer les mentalités. C'est une nécessité : en effet, selon un récent sondage, 56 % des jeunes interrogés jugent que les pouvoirs publics n'en font pas assez pour promouvoir l'apprentissage.

Monsieur le ministre, l'emploi est plus que jamais au cœur des préoccupations de nos concitoyens. La politique menée par le Gouvernement en la matière doit leur redonner confiance en l'avenir. C'est dans cet esprit que le RDSE votera, dans sa grande majorité, les crédits de la mission « Travail et emploi » tels qu'ils sont présentés par le Gouvernement. (Applaudissements sur les travées du RDSE, ainsi que sur les travées du groupe socialiste.)

<<< Revenir à la liste