Accueil » Projet de loi relatif à la mise en accessibilité des établissements recevant du public, des transports publics, des bâtiments d'habitation et de la voirie pour les personnes handicapées

LE TRAVAIL PARLEMENTAIRE DU RDSE<<< Revenir à la liste

Discussions générales

Projet de loi relatif à la mise en accessibilité des établissements recevant du public, des transports publics, des bâtiments d'habitation et de la voirie pour les personnes handicapées

Intervention d'Hermeline Malherbe

Hermeline MALHERBE

M. le président. La parole est à Mme Hermeline Malherbe.

Mme Hermeline Malherbe. Monsieur le président, madame la secrétaire d'État, mes chers collègues, mon propos sera quelque peu différent de ceux qui viennent d'être tenus, ne serait-ce que par l'interprétation que je fais de l'ordonnance.

Les politiques d'intégration des personnes handicapées sont depuis plusieurs années au cœur des préoccupations de l'État. On peut se féliciter des avancées réalisées, en lien, dans les territoires, avec les départements et l'ensemble des collectivités locales qui interviennent auprès des personnes handicapées et de leurs familles, au cours de ces dernières années.

Dix ans après la loi de 2005, qui a permis de véritables progrès en matière d'accompagnement des personnes, grâce notamment aux MDPH, les élus locaux et les associations ont constaté des difficultés de mise en œuvre de l'accessibilité. C'est dans cet état d'esprit que le Gouvernement a engagé une action volontariste, avec la loi du 10 juillet 2014, qui l'a habilité à prendre une ordonnance, afin de définir les modalités de mise en œuvre du volet accessibilité de la loi du 11 février 2005. Le Gouvernement a ainsi donné une nouvelle impulsion à la politique à destination des personnes handicapées.

Je me félicite tout d'abord de la manière dont le Gouvernement a, en amont du travail législatif, su associer les représentants des associations du secteur. Il s'agissait de trouver un juste équilibre entre les demandes légitimes d'équité citoyenne des personnes porteuses d'un handicap et les possibilités des collectivités et des établissements recevant du public de mettre en œuvre l'accessibilité.

La nouvelle version de l'ordonnance qui nous est présentée aujourd'hui comporte des dispositions importantes, qui vont, me semble-t-il, dans le bon sens, et prennent en considération à la fois un certain nombre de recommandations des associations et la faisabilité technique, financière et calendaire des travaux, en lien avec le Conseil national d'évaluation des normes.

Je me réjouis que l'ordonnance prévoie la mise en place d'un dispositif d'échéanciers – les agendas d'accessibilité programmée –, qui constituent une prévision financière, technique et calendaire des différents travaux d'accessibilité. Je me réjouis aussi que, dans mon département, les Pyrénées-Orientales, soit expérimentée la mise en place d'ambassadeurs d'accessibilité pour accompagner au plus près les acteurs dans leurs demandes auprès des collectivités territoriales et des établissements recevant du public.

C'est là tout l'enjeu : personne ne doute de la volonté de chacun de rendre plus accessibles les lieux et les transports aux personnes handicapées, mais cela induit parfois, et même souvent, des coûts importants qu'il est nécessaire d'évaluer et de planifier. Ne rééditons pas l'erreur commise voilà dix ans : l'absence d'anticipation était la grande faiblesse de la loi de 2005.

En termes financiers, justement, cette ordonnance prévoit la création d'un fonds national d'accompagnement de l'accessibilité universelle, alimenté par une partie des produits des sanctions administratives prononcées à l'encontre des établissements recevant du public et des autorités organisatrices de transport.

Cette ordonnance fixe par ailleurs de manière explicite le contenu, les modalités de dépôt en préfecture, la durée et les règles applicables aux schémas directeurs d'accessibilité et aux Ad'AP, que je viens d'évoquer.

Pour ce qui concerne les collectivités, son article 9 vise à simplifier l'élaboration des plans de mise en accessibilité de la voirie et des espaces publics, dispensant les communes de moins de 500 habitants de l'obligation d'en élaborer un. Selon moi, c'est le gage d'une réelle volonté de simplification et d'efficacité.

Pour nous, la citoyenneté s'exerce aussi au travers de dispositifs spécifiques, qui rendent à l'usager un vrai service et qui lui assurent une parfaite mobilité. L'un des amendements proposés par la commission des affaires sociales en fait foi ; son examen nous permettra de débattre de ces aspects-là.

Le même souci d'améliorer la vie de nos concitoyens se retrouve dans diverses dispositions de l'ordonnance. Je pense, par exemple, à l'autorisation d'accès aux transports et aux lieux ouverts au public accordée aux personnes handicapées en compagnie de chiens guides d'aveugle, qui a fait l'unanimité, à la meilleure formation en matière d'accueil et d'accompagnement des personnes porteuses de tout type de handicap, l'accueil des personnes à mobilité réduite n'étant pas le même que celui d'une personne autiste, ou encore à l'attribution de places de stationnement adaptées aux habitants de copropriétés en situation de handicap. La commission des affaires sociales – j'en suis membre –, qui s'est bien entendu saisie du texte et y a apporté sa contribution, a travaillé sur ces questions. Je profite de cette remarque pour féliciter Claire-Lise Campion et Philippe Mouiller pour la qualité et la clarté du rapport qu'ils ont réalisé.

La commission propose ainsi d'inclure la formation à l'accueil des personnes handicapées dans la formation continue, et plus seulement dans la formation initiale, ce qui est une très bonne chose, et de mieux encadrer les procédures de dérogation. Elle souhaite également adapter les possibilités de transport pour les élèves handicapés.

Enfin, l'amendement, inspiré d'une proposition de loi de Mme Claire-Lise Campion, qui vise à ouvrir le service civique jusqu'à l'âge de trente ans aux personnes handicapées, constituerait une avancée notable s'il était voté.

Il reste un amendement qui me tient à cœur, présenté par le président du RDSE et qui porte sur le logement social.

M. le président. Il faut conclure, ma chère collègue.

Mme Hermeline Malherbe. Pour terminer, je dirai que ce texte d'ouverture est un texte de responsabilité dans un contexte difficile ; il est équilibré.

Ainsi,…

M. le président. Veuillez vraiment conclure !

Mme Hermeline Malherbe. … notre volonté est bien d'améliorer le quotidien des personnes handicapées, de les accompagner, de leur donner de l'espoir pour leurs projets de vie. Surtout, nous souhaitons faire évoluer le regard de la société sur les personnes porteuses d'un handicap. (Applaudissements sur les travées du RDSE, ainsi que sur les travées du groupe socialiste.)

<<< Revenir à la liste