Accueil » Projet de loi de finances pour 2016 : sport, jeunesse et vie associative

LE TRAVAIL PARLEMENTAIRE DU RDSE<<< Revenir à la liste

Discussions générales

Projet de loi de finances pour 2016 : sport, jeunesse et vie associative

Intervention de Mireille Jouve

Mireille JOUVE

Dans la suite de la discussion, la parole est à Mme Mireille Jouve.

Mme Mireille Jouve. Monsieur le président, monsieur le ministre, mes chers collègues, c'est un budget en très forte augmentation que nous sommes amenés à examiner aujourd'hui avec la mission « Sport, jeunesse et vie associative ». Il est vrai que l'essentiel de cette progression est à porter au crédit de la montée en charge du service civique. La priorité est ainsi clairement donnée à la cohésion nationale, ce dont le groupe du RDSE se félicite.

Ainsi, le doublement des crédits de cette ligne budgétaire doit permettre l'accession de 110 000 jeunes volontaires au service civique en 2016. Quand on sait qu'il y a quatre fois plus de volontaires que de missions proposées et que les jeunes, pour une grande majorité d'entre eux, retirent une expérience positive du service civique, ce choix nous paraît important et salutaire.

Par ailleurs, alors qu'il devient capital de retisser du lien social parmi des jeunes désenchantés par un chômage endémique et de favoriser leur insertion au sein de la société, cet engagement citoyen doit leur ouvrir des perspectives professionnelles. Mais il faudra, pour ce faire, que cette montée en puissance du service civique s'accompagne d'une diversité des structures d'accueil et des missions proposées, ainsi que d'une vraie formation pour les tuteurs. Valoriser cette expérience en l'intégrant dans un portefeuille de compétences, ainsi que l'a suggéré notre rapporteur, me paraît aussi une piste à creuser.

Les associations jouent un rôle déterminant dans le fonctionnement du service civique, puisqu'elles portent plus de 86 % des missions proposées, quand l'État et les collectivités territoriales y concourent respectivement à hauteur de 8 % et 7 %. Or la progression du service civique, qui représente désormais 77 % du programme « Jeunesse et vie associative », se fait mécaniquement au détriment du développement de la vie associative.

Le Fonds pour le développement de la vie associative, le fonds national comme les fédérations, accuse ainsi une baisse de 1,2 million d'euros. À cet égard, j'ai été alertée par un collectif d'associations citoyennes, qui est très préoccupé par la trajectoire des aides qui leur sont accordées. Comme vous le savez, monsieur le ministre, les associations sont prises en étau entre, d'un côté, la stagnation des crédits qui leur sont attribués par le ministère de la ville et, de l'autre, la baisse des dotations de l'État aux collectivités, qui se répercute très souvent sur leurs subventions.

Ce sont pourtant ces bénévoles qui, par le temps qu'ils y consacrent et les initiatives qu'ils prennent, font vivre les quartiers et la solidarité, en impliquant les habitants et en produisant du lien, notamment dans les territoires où celui-ci est le plus distendu. Ce sont également eux qui jouent un rôle de palliatif quand les services publics de proximité reculent. Mais aujourd'hui, de nombreuses associations sont exsangues, elles peinent à recruter des bénévoles et ne sont plus en capacité d'assurer ces missions.

Le sport, lui aussi, ne mobiliserait pas tant les foules sans les bénévoles du monde associatif qui lui permettent d'exister et de fonctionner au quotidien. Je pense à ces milliers d'éducateurs qui prennent de leur temps pour faire vivre les clubs où évoluent nos enfants ou qui, le dimanche, assurent la logistique des épreuves sportives, comme les nombreuses courses de fond.

Aussi les 12,1 millions d'euros dévolus à l'emploi de 400 éducateurs sportifs dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville, dans le cadre du plan Citoyens du sport, constituent un signal positif qui doit pousser les jeunes à s'investir.

Les crédits du programme « Sport » sont globalement identiques à ceux de l'année dernière. Mais, dans le détail, je m'interroge sur le recul de la promotion du sport pour le plus grand nombre devant la prééminence du sport de haut niveau.

C'est évidemment compréhensible dans une année qui va compter l'Euro de football en France et les jeux Olympiques de Rio de Janeiro. Néanmoins, il faudrait, à plus long terme, envisager une réorientation de l'action de l'État en faveur du sport pour tous, ainsi que le préconisait déjà la Cour des comptes dans un rapport publié en janvier 2013. Aujourd'hui encore, le décalage est considérable, alors que le sport de haut niveau représente 75 % des crédits dédiés au sport.

J'en profite également pour rappeler qu'une proposition de loi relative à la représentation des supporters au sein des instances du football, cosignée par des parlementaires de tout bord, n'est pas toujours examinée par les deux chambres parlementaires. J'espère, monsieur le ministre, que vous appuierez cette initiative.

Le groupe du RDSE, dans sa majorité, soutiendra les crédits issus des travaux de l'Assemblée nationale, étant favorable à la montée en charge du service civique.

Dans la période que nous vivons, je suis, pour ma part, convaincue que le vivre ensemble ne passe pas seulement par le partage d'un corpus de valeurs : il se renforce aussi au travers des expériences de cohésion et de solidarité que procure la pratique du sport, notamment collectif. De ce point de vue, et pour terminer par une note un peu moins comptable et plus philosophique, je citerai les propos de Nelson Mandela : « Le sport a le pouvoir de changer le monde, il a le pouvoir d'unir les gens d'une manière quasi unique. Le sport peut créer de l'espoir là où il n'y a que du désespoir ». Tâchons de ne pas l'oublier ! (Applaudissements sur les travées du RDSE et de l'UDI-UC.)

<<< Revenir à la liste