Accueil » Projet de loi relative à l'autoconsommation d'électricité et relative à la production d'électricité à partir d'énergies renouvelables

LE TRAVAIL PARLEMENTAIRE DU RDSE<<< Revenir à la liste

Discussions générales

Projet de loi relative à l'autoconsommation d'électricité et relative à la production d'électricité à partir d'énergies renouvelables

Intervention de Jean-Claude Requier

Jean-Claude REQUIER

Aucune vidéo

M. Jean-Claude Requier. Madame la présidente, madame la secrétaire d'État, mes chers collègues, d'une économie fondée sur les énergies fossiles, il est aujourd'hui impératif d'accélérer la transformation vers un modèle plus sobre en carbone, par le développement des énergies renouvelables et l'amélioration de l'efficacité énergétique.

Cette nouvelle économie est créatrice d'emplois, à condition d'accompagner ces transformations par l'élaboration d'un cadre juridique et financier clair et stable. En même temps, la politique énergétique, coûteuse pour nos finances publiques, doit être davantage efficace.

Sans prétendre ici dresser le bilan du quinquennat, même si c'est la mode apparemment en ce moment (Sourires.), nous regrettons que la politique énergétique ait manqué de visibilité, notamment pour la filière nucléaire, sans laquelle aucune transition n'est possible.

M. Olivier Cigolotti. Bravo !

M. Jean-Claude Requier. Nous le constatons en ce moment avec le dossier Fessenheim.

M. Jacques Mézard. Très bien !

M. Jean-Claude Requier. Toutefois, deux points majeurs auront marqué la politique de notre pays en matière de lutte contre changement climatique ces dernières années : l'accord de Paris et la loi relative à la transition énergétique.

Deux mois et demi après l'adoption de ce texte, le présent projet de loi permet, par son article 1er, la ratification de l'ordonnance du 27 juillet 2016 relative à l'autoconsommation et de l'ordonnance du 3 août 2016 relative à la production d'électricité à partir d'énergies renouvelables.

Ces ordonnances sont essentielles dans un contexte de décentralisation énergétique. L'autoconsommation et le développement des énergies renouvelables doivent, dès lors, être intégrés en toute sécurité dans notre système électrique, et leur production doit être optimisée. Je partage les remarques du rapporteur quant aux risques d'un développement massif non maîtrisé de l'autoconsommation. Certes, nous n'en sommes pas encore là, puisque la part de l'autoconsommation en France reste très en deçà du niveau atteint par d'autres pays tels que le Royaume-Uni ou l'Espagne.

Alors qu'il était plus avantageux de revendre l'électricité produite en raison d'un prix d'achat des énergies renouvelables attractif, la donne est en train de changer. En effet, les prévisions sont à la hausse inéluctable de la facture d'électricité, ainsi qu'à des installations et à des offres en autoconsommation de plus en plus accessibles, même si, reconnaissons-le, les charges demeurent élevées.

Cet obstacle financier n'a pas empêché l'augmentation de la part des demandes de raccordement sur le réseau géré par ENEDIS, anciennement ERDF, qui sont ainsi passées de 4 % en 2013 à quelque 37 % en 2016.

Le projet de loi devrait contribuer enfin à ce que cette solution soit de plus en plus répandue par la fixation d'un cadre légal et par l'adaptation de la tarification de l'accès au réseau de distribution aux petites installations d'une puissance inférieure à 100 kilowatts. Celles-ci sollicitent moins le réseau et pourront bénéficier d'un « micro-TURPE », qui sera établi par la Commission de régulation de l'énergie, la CRE.

Nous sommes également favorables à la dérogation à l'obligation de conclure un contrat de vente avec un tiers pour le surplus d'électricité non consommée, ce qui simplifiera le régime de l'autoconsommation.

En ce qui concerne la seconde ordonnance, celle-ci comporte des mesures importantes en matière d'énergies renouvelables telles que l'extension de la priorité d'appel pour les installations dans les zones non interconnectées, le renforcement de la coordination entre les producteurs et les gestionnaires du réseau ou la possibilité de recourir à d'autres formes de mise en concurrence qui amélioreront le dialogue entre l'État et les porteurs de projets présélectionnés à partir de leurs capacités techniques et financières.

Outre la ratification de ces ordonnances, le projet de loi prévoit à l'article 2 de mettre en place un système de mise aux enchères des garanties d'origine de la production d'électricité renouvelable subventionnée. Organisé par l'État à son bénéfice, il a pour vertu d'assurer la traçabilité de l'électricité « verte » et de prémunir les consommateurs d'un double paiement de l'électricité d'origine renouvelable consommée, ainsi que d'éviter une double rémunération des producteurs, alors que certaines filières ont atteint une maturité économique suffisante.

Nous saluons en particulier le rétablissement, à l'article 3, du financement par le TURPE à hauteur de 40 % d'une partie des coûts de raccordement des installations de production d'énergies renouvelables ou réfaction tarifaire. Cette disposition constitue une bonne nouvelle pour les territoires ruraux où les coûts de raccordement sont prohibitifs, alors qu'ils s'engagent souvent dans une politique énergétique volontariste.

De même, au regard des risques encourus lors du raccordement des installations d'énergies renouvelables en mer, le projet de loi vise à instaurer opportunément un régime d'indemnisation spécifique en cas de retard.

Ainsi, par l'ensemble de ses dispositions très attendues, le présent projet de loi prépare l'avenir grâce à des outils utiles à la décentralisation énergétique et contribue pleinement à la lutte contre le changement climatique. Dans ces conditions, le groupe du RDSE votera ce texte à l'unanimité. (Applaudissements sur les travées du RDSE et du groupe socialiste et républicain.)

<<< Revenir à la liste