Accueil » Projet de loi de finances pour 2018 - aide publique au développement

LE TRAVAIL PARLEMENTAIRE DU RDSE<<< Revenir à la liste

Discussions générales

Projet de loi de finances pour 2018 - aide publique au développement

Intervention de Jean-Noël Guérini

Jean-Noël GUÉRINI

Aucune vidéo

M. le président. La parole est à M. Jean-Noël Guérini.

M. Jean-Noël Guérini. Monsieur le président, monsieur le ministre, monsieur le secrétaire d'État, monsieur le président de la commission des affaires étrangères, mes chers collègues, près de 815 millions de personnes dans le monde sont sous-alimentées. Chaque jour, 16 000 enfants meurent avant d'avoir pu vivre, faute d'accès aux soins.

Malgré la mise en œuvre des objectifs du millénaire pour le développement, requalifiés en objectifs de développement durable, beaucoup reste à faire. La perspective démographique de 9 milliards d'hommes d'ici à 2050, conjuguée à celle d'un changement climatique certain, invite la communauté internationale à se mobiliser encore davantage en faveur de la lutte contre la pauvreté.

Nous ne pouvons le nier, le développement constitue aussi un enjeu géopolitique fort. La crise migratoire touchant l'Europe depuis plusieurs années rappelle cette réalité. L'afflux de réfugiés inquiète un grand nombre de citoyens européens, dont certains pensent à tort qu'embrasser l'idéologie des extrêmes aux élections nationales et locales ouvrirait la voie à des solutions.

Le président Macron l'a rappelé mardi dernier, au Burkina Faso, l'Europe a peur d'être « submergée de migrants au risque de la xénophobie ».

Cette crise offre un avant-goût de ce que pourrait être notre lendemain, au sein de l'Union européenne : une vague de réfugiés climatiques issus de pays concernés par le réchauffement qui n'ont pas les moyens ni le niveau de développement suffisant pour retenir leurs populations.

Déjà, en 1981, à Paris, à l'occasion d'une conférence des Nations unies sur les pays les moins avancés, le président François Mitterrand disait ceci : « Qui pense encore à la croissance harmonieuse d'une moitié du monde sans se préoccuper de l'autre ? » Oui, trente-six ans plus tard, plus que jamais aujourd'hui, c'est une évidence : ce qui se passe là-bas nous impacte ici.

Aussi les pays les plus riches doivent-ils porter des politiques de développement ambitieuses. Au niveau mondial, l'effort est indéniable. En effet, avec un montant de 142 milliards de dollars en 2016, l'apport global des pays du comité d'aide au développement de l'OCDE a connu son plus haut niveau historique. Mais qu'en est-il de la France ?

Nos collègues rapporteurs de la mission ont donné tous les chiffres, mais permettez-moi, néanmoins, d'en rappeler quelques-uns. La France, cinquième contributeur, tient ses engagements. Mais avec 0,4 % pour 2017, le fameux objectif d'une aide au développement fixé à 0,7 % du revenu national brut n'est pas atteint.

Nous pourrions le regretter si le projet de loi pour 2018 ne replaçait pas les crédits dédiés au développement sur une trajectoire ascendante. C'est une bonne chose. Et le chef de l'État a d'ailleurs confirmé l'ambition de porter le montant de l'aide au développement à 0,55 % du RNB en 2022, lors de son récent déplacement en Afrique. C'est un message fort.

Nous le savons, la majeure partie des crédits de cette mission est consacrée justement à l'Afrique. Et cette priorité, je la fais totalement mienne.

Elle suscite une approbation partagée, tant cette région du monde concentre tous les défis – démographiques, économiques, sociaux, culturels. Nous devons y porter toute l'attention qu'exige notre avenir commun.

J'observe toutefois que l'effort apporté aux pays les moins avancés n'est pas encore conforme aux objectifs pourtant réaffirmés par le plan d'action d'Addis-Abeba de 2015 et par l'Agenda 2030.

Comme vous le savez, monsieur le ministre, remplacer les dons par les prêts, c'est faire peu de cas de la capacité de ces pays à lever des ressources domestiques ou à attirer des investisseurs étrangers.

M. Christian Cambon, président de la commission des affaires étrangères. Bien évidemment !

M. Jean-Noël Guérini. Ne le nions pas, les pays les moins avancés sont dépendants de l'aide publique. Et l'Agence française de développement devrait veiller à un meilleur fléchage de ses projets.

Enfin, j'ajouterai que la France contribue également au développement par son action extérieure. À cet égard, le sommet Union africaine-Union européenne qui s'est tenu la semaine dernière à Abidjan envoie un signal fort, avec l'ambition affichée par le président de la Commission européenne de mettre en œuvre un plan d'investissement de plus de 44 milliards d'euros destiné à l'Afrique d'ici à 2020. Reste à en connaître les modalités.

Monsieur le ministre, malgré les réserves que je viens de formuler, parce que les crédits consacrés à l'APD sont orientés à la hausse et parce que l'aide publique au développement n'est qu'une part du soutien que la France et ses partenaires apportent aux pays les plus fragiles, le groupe du RDSE votera ce budget. (Applaudissements sur les travées du groupe du Rassemblement Démocratique et Social Européen et du groupe La République En Marche. –M. Robert del Picchia applaudit également.)

<<< Revenir à la liste