Accueil » Projet de loi de finances pour 2018 - sécurités

LE TRAVAIL PARLEMENTAIRE DU RDSE<<< Revenir à la liste

Discussions générales

Projet de loi de finances pour 2018 - sécurités

Intervention de Jean-Claude Requier

Jean-Claude REQUIER

Aucune vidéo

M. le président. La parole est à M. Jean-Claude Requier.

M. Jean-Claude Requier. Monsieur le président, monsieur le ministre d'État, mes chers collègues, pour des raisons que personne n'ignore, ces trois dernières années ont donné lieu à d'importantes décisions politiques et à des réformes législatives en faveur du renforcement des moyens dévolus aux forces de la sécurité intérieure, qui ont été accompagnées par une augmentation parallèle des crédits de la mission « Sécurités ».

Au sein des forces de la police et de la gendarmerie nationales, des programmes de modernisation ont été engagés par ailleurs, afin de recentrer les activités des agents sur le cœur de leur métier : la protection des personnes et des biens.

L'augmentation de près de 2 % des crédits que vous proposez s'inscrit dans la continuité des exercices précédents, ce qui est une bonne chose.

Comme le rappelait le Président de la République dans son adresse aux forces de sécurité intérieure du 18 octobre dernier, vous avez demandé, monsieur le ministre, que tous les agents de votre ministère soient associés à la redéfinition de notre stratégie de sécurité intérieure, par voie de consultation.

C'est une excellente méthode, destinée à valoriser le travail d'agents dont le moral a été très durement éprouvé au cours des dernières années. Nous ne sous-estimons pas la pression pesant sur chacun d'entre eux. Il n'est pas difficile d'imaginer que, ces temps-ci, le poids de l'uniforme se fait un peu plus lourd... Les risques encourus sont devenus aussi grands que les attentes de nos concitoyens.

C'est pourquoi nous vous soutenons dans votre initiative : il est nécessaire de redonner à vos effectifs tous les hommages qui leur reviennent, tant leur action en faveur de l'ordre et de la paix civile est déterminante.

La valorisation des forces de l'ordre et de la sécurité publique est également une condition nécessaire pour le succès des réformes que vous proposez, qu'il s'agisse du renforcement du continuum de sécurité ou, dans le cas de la police nationale, de la création de la police de sécurité du quotidien.

L'incomparable violence des attaques terroristes ne doit pas nous faire oublier les effets de la délinquance, des cambriolages et des incivilités quotidiennes sur la propagation du sentiment d'insécurité dans l'ensemble de la population.

Sur les 3 800 postes créés dans la police nationale, 1 200 ont été affectés à la DGSI et au renseignement territorial. Cependant, le développement des moyens techniques et humains de nos services de renseignement et de lutte contre le terrorisme ne doit pas compromettre la mise en œuvre d'autres réformes, aujourd'hui à l'expérimentation.

Je pense, notamment, à l'expérimentation des caméras-piétons et, au sein de la gendarmerie, au développement des « brigades territoriales de contact ». Il faut remettre le gendarme au plus près de la population, c'est comme cela que nous obtiendrons des informations et du renseignement. Je pense également à l'outil numérique NéoGend, qui devrait faciliter la tâche des agents sur le terrain. Toutes ces applications utiles dans les démarches quotidiennes des forces de l'ordre devraient être maintenues.

À propos de la gendarmerie nationale, il est par ailleurs décevant que l'évolution des crédits de son programme ne suive pas le même profil que celui de la police nationale. Cet arbitrage intervient alors même que les attentes sécuritaires ont grandi sur l'ensemble du territoire, et pas simplement dans les zones protégées par la police nationale.

Dans de nombreuses communes, l'organisation de manifestations culturelles et autres est fortement menacée par les nouvelles normes de sécurité anti-attentats qui s'imposent. Il pourrait être envisagé de renforcer l'association des élus à la définition des stratégies locales de sécurité afin de maintenir l'expression de notre vie culturelle et associative. C'est ma vision de ce que pourrait être le « continuum territorial de sécurité » ; il semble que sur ce point nos visions pourraient converger, monsieur le ministre d'État.

Sans remettre en cause la politique menée dans ce domaine, je voudrais également formuler quelques remarques sur les moyens affectés à la lutte contre le terrorisme.

Près de trois ans après le déclenchement de l'opération Sentinelle, et après plusieurs décennies sous le régime de Vigipirate, il faut à présent s'interroger sur l'efficacité de telles opérations préventives, mobilisant par ailleurs des effectifs importants.

Mes dernières observations concerneront la sécurité routière. La hausse des crédits est justifiée par l'augmentation du nombre de personnes accidentées et par le ralentissement de la baisse du nombre de personnes tuées.

Depuis les années soixante-dix, le nombre de personnes tuées dans des accidents de la route a baissé sensiblement, passant de plus de 16 000 par an à un peu moins de 3 500 personnes tuées cette année. Toutefois, la cible fixée à 2 000 morts par an n'est toujours pas atteinte. Parmi ces victimes, beaucoup sont des cyclistes et des piétons.

Je terminerai par un petit billet d'humeur. J'ai pris connaissance de l'éventuelle proposition de réduire la vitesse autorisée sur les routes à 80 kilomètres à l'heure...

M. Alain Dufaut. C'est ridicule !

M. Jean-Claude Requier. J'avoue que cette mesure ne m'enchante guère, car, dans le monde rural, les autoroutes et les routes à deux fois deux voies sont rares. (M. Jackie Pierre applaudit.) La voiture reste le seul moyen de se déplacer, surtout au cœur des territoires enclavés.

De forts lobbies urbains poussent à cette mesure. Toutefois, ayant toujours préféré la prévention à la répression, j'y suis personnellement opposé. (Bravo ! et applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains.) Comme le disait le président Pompidou, qui avait beaucoup de bon sens : « Arrêtez donc d'ennuyer – j'ai édulcoré le terme qu'il employait, mes chers collègues – les Français ! » (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains. – M. Jean-Noël Guérini applaudit également.)

<<< Revenir à la liste