Accueil » Projet de loi relatif à la liberté de la création de la création, à l'architecture et au patrimoine

LE TRAVAIL PARLEMENTAIRE DU RDSE<<< Revenir à la liste

Discussions des articles

Projet de loi relatif à la liberté de la création de la création, à l'architecture et au patrimoine

Intervention de Gilbert Barbier sur l'article 33 BIS A

Gilbert BARBIER

Mme la présidente. La parole est à M. Gilbert Barbier, sur l'article.

M. Gilbert Barbier. Étant à l'origine de l'amendement qui a introduit cet article en première lecture, je souhaite revenir sur les modifications apportées à cette proposition.

Je n'ai aucune opposition à la recherche d'une énergie renouvelable dans le cadre de l'objectif, que je partage, de réduction de l'utilisation de l'énergie fossile ou de l'énergie d'origine nucléaire.

Qu'il s'agisse de l'hydroélectrique, de la biomasse ou de la force du vent, nous avons la possibilité et le devoir de mettre en œuvre ces sources d'énergie. Dans ces conditions, pourquoi vouloir encadrer cette force motrice du vent ? Plusieurs raisons le justifient. J'en retiendrai trois.

La première est la nécessité de préserver notre patrimoine national. Notre patrimoine naturel et bâti est assez exceptionnel et chacun d'entre nous peut l'apprécier au jour le jour ; il fait d'ailleurs l'attrait touristique de notre pays. Il s'agit d'une richesse économique qui en vaut d'autres. Nous avons un devoir de préservation, notamment des sites historiques classés ou inscrits. La présence dans le champ de visibilité d'une éolienne ou d'un champ d'installations est manifestement perturbante.

La deuxième raison est l'évolution de cette industrie, qui, essentiellement à base d'importations, a vu ses possibilités croître d'année en année. Les mats mesurent 180 mètres ; avec les pales, ils atteignent 250 mètres. Il ne s'agit plus d'éoliennes de 12 mètres.

La troisième raison est le système de financement de cette énergie et, surtout, le fait de le vouer aux installations de propriétaires privés ou de communes, dont le seul intérêt est financier, sans souci de l'environnement visuel ou auditif.

À l'Assemblée nationale, un texte de compromis a failli être adopté. Il aurait pu être un accord possible pour mieux encadrer la procédure d'installations.

Pour toutes ces raisons, je souhaite que Mme la ministre de la culture porte un intérêt particulier à la défense de ce patrimoine si précieux. Je rappelle que nous examinons un projet de loi sur la culture !

J'ai été surpris du nombre de soutiens qui me sont parvenus de toutes les régions de France, de la plage du débarquement d'Arromanches aux vignobles bordelais ou aux confins de la Haute-Saône.

Je répondrai pour conclure à l'argumentation ridicule des 44 000 monuments historiques qui couvriraient l'ensemble de notre territoire. Une fois défalqués les monuments historiques situés dans nos villes, y compris Paris, nous voyons que l'impact sera finalement limité. Les architectes des Bâtiments de France ont la possibilité de comprendre l'intérêt ou non de la protection visuelle d'un calvaire ou d'une fontaine classés.

J'ai eu l'occasion de visiter récemment nos voisins allemands. Je dois dire que la mythique vallée du Rhin est en voie de perdre ce qui faisait sa beauté et son charme. Je ne voudrais pas que notre pays en arrive là !

<<< Revenir à la liste