Accueil » Projet de loi d'habilitation à prendre par ordonnances les mesures pour le renforcement du dialogue social

LE TRAVAIL PARLEMENTAIRE DU RDSE<<< Revenir à la liste

Explications de vote

Projet de loi d'habilitation à prendre par ordonnances les mesures pour le renforcement du dialogue social

Explication de vote de Guillaume Arnell

Guillaume ARNELL

Aucune vidéo

M. le président. La parole est à M. Guillaume Arnell.

M. Guillaume Arnell. Fidèles à la tradition et aux valeurs du groupe du RDSE, nous portons un regard différencié sur ce texte.

Traditionnellement, nous ne sommes pas favorables au recours aux ordonnances, même si elles font partie des outils à notre disposition. Nous y sommes encore moins favorables s'agissant d'un texte relatif au dialogue social dont l'examen se déroule alors même que des négociations sont en cours.

Par ailleurs, nous ne pensons pas que la fusion des instances représentatives du personnel soit de nature à améliorer le dialogue social.

De même, nous portons un regard différencié sur votre interprétation de la pénibilité.

Nous regrettons encore une fois le déséquilibre entre efforts salariaux et bénéfices patronaux. De notre point de vue, la performance d'une entreprise tient à son chef d'entreprise, à ses outils de production, à ses salariés.

Pour ma part, j'ai beaucoup appris sur un texte éminemment complexe. Je n'ai malheureusement guère été entouré par mes collègues du RDSE, pour des raisons diverses, mais j'ai tenu à assister à l'ensemble du débat afin que le jeune parlementaire que je suis puisse étoffer ses compétences en la matière.

Cela étant, il me sera difficile de présenter les mesures adoptées comme des avancées aux salariés de mon territoire, puisque le tissu économique et l'environnement ultramarins ne sont pas les mêmes qu'en métropole. Je suis donc inquiet pour la rentrée.

La majorité des membres du RDSE s'abstiendront sur ce texte. Ils ne voteront pas contre, car il est nécessaire d'avancer pour inverser durablement la courbe du chômage.

Madame la ministre, mes derniers mots seront pour vous : j'ose espérer que, à l'inverse de vos prédécesseurs, vous aurez trouvé les bonnes réponses ; pour les salariés, j'espère que vous avez raison.

<<< Revenir à la liste