Accueil » Projet de loi de finances rectificative pour 2010 _ Texte n° 511 (2009-2010)

LE TRAVAIL PARLEMENTAIRE DU RDSE<<< Revenir à la liste

Explications de vote

Projet de loi de finances rectificative pour 2010 _ Texte n° 511 (2009-2010)

Explication de vote d'Yvon Collin _ Première lecture

Yvon COLLIN

M. le président. La parole est à M. Yvon Collin, pour explication de vote.

M. Yvon Collin. Je partage la plupart des réserves émises par mon collègue Jean-Pierre Chevènement. Entre la nécessaire sagesse budgétaire et l'austérité, comment trouver le point d'équilibre ? Alors que la reprise économique s'esquissait à peine, les plans de rigueur pourraient s'avérer contre-productifs. De plus, de quelles garanties disposons-nous contre les risques futurs de défaut de paiement des pays aidés ?

Certes, l'urgence commande de mettre en place une succession de plans de sauvetage, mais nous ne sortirons pas de ce cycle infernal si l'Europe n'instaure pas une véritable gouvernance économique. Je me réjouis de constater que cette idée fait son chemin depuis quelque temps.

La mondialisation commande à l'Union européenne de se comporter en véritable puissance, mais si la coordination des politiques économiques se dessine aujourd'hui de façon plus concrète, elle consiste pour le moment en une réponse au coup par coup aux crises successives. Il nous faudrait donc aujourd'hui l'ériger en véritable projet politique afin de mieux armer l'Union européenne dans ce monde globalisé.

Rappelons que la coordination des politiques économiques en Europe est inscrite dans le traité fondateur de l'Union. Il aura malheureusement fallu attendre une crise d'une gravité exceptionnelle pour que cette voie soit concrètement explorée. Comme j'ai eu l'occasion de le souligner dans un rapport d'information quelque peu prémonitoire rédigé au nom de la délégation du Sénat pour la planification avec mon collègue Joël Bourdin, trop souvent les politiques budgétaires des États membres ne sont pas coordonnées, allant même jusqu'à être antagonistes, ainsi que le révèlent des réponses différentes à des chocs pourtant communs. La concurrence fiscale est la manifestation la plus spectaculaire de cet état de choses.

L'antagonisme se retrouve aussi dans le partage de la valeur ajoutée. Les experts économiques l'ont démontré, le choix de la désinflation compétitive de l'Allemagne, en particulier, a coûté 0,4 point de produit intérieur brut à la France entre 2001 et 2005. Une coordination des politiques économiques et budgétaires éviterait de prolonger dangereusement ces approches divergentes, qui jouent à terme contre l'Europe et qui, de surcroît, n'ont aucun sens dans le cadre d'une monnaie commune.

Je crois, mes chers collègues, que ces crises à répétition - douloureuses, ne l'oublions pas, pour beaucoup de nos concitoyens frappés par le chômage - doivent servir de leçon. Je n'évoquerai pas, à cet instant, les réticences allemandes, qui se sont encore exprimées par la voix d'Axel Weber, le président de la Deutsche Bundesbank, contestant les décisions de la BCE. Je le répète, la coordination est la seule issue pour donner à l'Europe les moyens de participer au mouvement de reprise économique qui se fait jour hors de la zone euro.

En attendant des jours meilleurs, la majorité des membres du RDSE votera ce projet de loi de finances rectificative pour 2010, tandis que les autres manifesteront leurs réserves par une abstention positive.

<<< Revenir à la liste