Accueil » Projet de loi d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt

LE TRAVAIL PARLEMENTAIRE DU RDSE<<< Revenir à la liste

Explications de vote

Projet de loi d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt

Explication de vote d'Yvon Collin

Yvon COLLIN

M. le président. La parole est à M. Yvon Collin.

M. Yvon Collin. Monsieur le président, monsieur le ministre, mes chers collègues, le projet de loi d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt suscite beaucoup d'attentes et d'espérances au sein du monde agricole.

Au cours de cette lecture au Sénat, nous avons conservé l'économie générale du texte tournée vers la promotion de l'agroécologie, pour laquelle j'ai exprimé l'intérêt de mon groupe lors de la discussion générale, même si certains de mes collègues du RDSE auraient préféré la promotion de l'agriculture raisonnée.

Globalement, nous sommes parvenus, me semble-t-il, à conserver différents équilibres : équilibre entre les impératifs environnementaux et sanitaires et la nécessité de ne pas fragiliser la compétitivité des exploitations ; équilibre entre l'obligation de préserver les terres agricoles et le respect de la libre administration des collectivités locales dans l'élaboration des documents d'urbanisme ; équilibre encore entre l'organisation d'une meilleure exploitation de la forêt et la gestion cynégétique.

Bien sûr, monsieur le ministre, j'aurais souhaité que davantage de nos amendements connaissent un sort plus favorable. Je suis en tout cas satisfait de l'adoption de l'amendement sur la lutte contre la prolifération des loups, cher à mon collègue Alain Bertrand, de celui sur les biens de section motivé par le président Jacques Mézard, rare spécialiste de la question, et de notre amendement complétant la réforme de la gouvernance des SAFER.

D'autres ont été satisfaits dans un élan partagé sur plusieurs travées. Je pense notamment à la diffusion des résultats des GIEE par les organismes de développement agricole ou à la suppression de la limitation à 15 % de la marge réalisable sur la fourniture d'antibiotiques d'importance critique.

Nous avons aussi avancé ensemble sur le registre des actifs agricole pour l'élargir aux pluriactifs.

Monsieur le ministre, la deuxième lecture nous permettra – j'en suis certain – d'améliorer encore, en bonne intelligence, quelques dispositifs du projet de loi. En attendant, le RDSE, dans sa grande majorité, approuvera ce texte, car, derrière toutes ces mesures souvent très techniques, le véritable enjeu pour notre pays est de conserver une place de grande nation agricole pionnière dans le développement des bonnes pratiques.

Enfin, je tenais à vous remercier d'avoir fait preuve d'une grande pédagogie, et parfois même de patience ! Vous avez montré une très fine maîtrise des questions agricoles, ce qui, vous connaissant, ne nous surprend guère.

J'aimerais également féliciter les rapporteurs ainsi que les membres de la commission des affaires économiques, qui ont effectué un travail tout à fait remarquable. Nos travaux n'ont pas été dénués de poésie, avec l'évocation de la lavande, du chocolat, des omelettes aux truffes et des paysages parfumés… Nous avons travaillé dans un très bon esprit et, de cela, nous pouvons tous nous féliciter : un grand merci à tous ! (Applaudissements sur les travées du groupe socialiste et du groupe écologiste.)

<<< Revenir à la liste