Accueil » Projet de loi relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral

LE TRAVAIL PARLEMENTAIRE DU RDSE<<< Revenir à la liste

Motions

Projet de loi relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral

Explication de vote de Jean-Claude Requier sur la motion référendaire

Jean-Claude REQUIER

M. le président. La parole est à M. Jean-Claude Requier.

M. Jean-Claude Requier. Je poursuis mon apprentissage de sénateur et j'apprends beaucoup actuellement !

Je vais vous faire un aveu, monsieur le ministre, mes chers collègues : alors que j'étais professeur d'histoire-géographie, comme un certain nombre d'entre nous, j'ai beaucoup parlé de référendum, mais j'ignorais ce qu'était une motion référendaire !

À leur arrivée, on remet aux nouveaux élus le règlement du Sénat, mais ceux-ci ayant beaucoup à faire, je dois aussi avouer que, pour ma part, je ne l'ai pas lu entièrement ! J'ai donc appris, au cours de ces dernières heures, l'objet de la motion référendaire. Comme les membres de mon groupe, je vais voter celle qui nous est soumise, car le texte qui nous est présenté et celui qui doit suivre sont très mal perçus par les élus locaux ; ils soulèvent de nombreuses critiques émanant de tous les bords.

Je prendrai l'exemple du Lot, mon département. Le nouveau président du conseil général, Serge Rigal, qui a remplacé Gérard Miquel, lequel a renoncé à cette présidence pour prendre la mairie de Saint-Cirq-Lapopie, l'une des plus belles communes de France, s'inquiète de l'avenir du conseil général. Il est vrai qu'il avait l'espoir de gérer cette collectivité. Pensons aux futurs candidats qui se présenteront aux élections cantonales et qui auront comme seule perspective de fermer les portes et d'éteindre la lumière ! Un petit tour et puis s'en va : voilà comment se terminera le conseil général, devenu d'ailleurs conseil départemental.

Je citerai également les critiques du président socialiste du conseil général du Cher : « Je souhaite vous dire à quel point les élus du Cher ont été choqués par la méthodologie employée pour la réforme territoriale et par l'absence de concertation qui a présidé à ces annonces. Dans les départements ruraux comme le Cher, la suppression d'un échelon pertinent tout à la fois de niveau stratégique et par sa proximité suscite l'incompréhension générale : celle des maires, des entreprises, des associations, des agents de la collectivité et de la population. »

Quant au président UDI du conseil général du Loir-et-Cher, il a dénoncé « une méconnaissance totale de nos réalités de terrain, une carte des régions dénuée de logique historique, géographique, démographique, économique et culturelle ». « Inacceptable ! », dit-il.

Je pourrai multiplier les citations critiques. Mais, chacun le sait, la réforme est nécessaire, car les lignes doivent bouger !

En conclusion, Turgot, alors qu'il avait été nommé contrôleur général des finances au début du règne de Louis XVI et que les finances allaient mal – vous voyez, ce n'est pas nouveau ! –, avait choisi la réforme plutôt que la révolution.

M. Roger Karoutchi. Cela n'a pas marché !

M. Jean-Claude Requier. Comme lui, j'espère que la réforme aura lieu ; cependant, je crains que celle qui nous est proposée ne marche pas et que nous n'ayons la révolution ! (Applaudissements sur les travées du RDSE et de l'UMP.)

<<< Revenir à la liste