Accueil » Question d'actualité sur l'évolution de la politique en Centrafrique

LE TRAVAIL PARLEMENTAIRE DU RDSE<<< Revenir à la liste

Questions d'actualité

Question d'actualité sur l'évolution de la politique en Centrafrique

question de Guillaume Arnell à Monsieur Laurent Fabius, Ministre des affaires étrangères et du développement international

Guillaume ARNELL

Aucune vidéo

 

M. le président. La parole est à M. Guillaume Arnell, pour le groupe du RDSE.

M. Guillaume Arnell. Ma question s'adresse à M. le ministre des affaires étrangères et du développement international.

Il y a tout juste une semaine, le monde entier prenait connaissance avec le plus grand effroi du massacre de l'université de Garissa : dans cette ville de l'est du Kenya, quelque 150 personnes, essentiellement des étudiants chrétiens, ont été tuées par des terroristes des milices islamistes venues de la Somalie voisine, les shebab.

Le monde entier a condamné cette tuerie qui, après les attentats de Paris et de Copenhague, nous rappelle que la lutte contre le terrorisme est mondiale, et que l'Afrique n'est pas épargnée.

Monsieur le ministre, la France, très présente sur le continent africain, collabore-t-elle avec les forces kényanes pour ne pas laisser ce massacre impuni ?

C'est précisément du Kenya que nous est parvenue hier une nouvelle qui est peut-être une note d'espoir. En effet, un accord de cessez-le-feu en Centrafrique a été annoncé par la présidence kényane, chargée depuis des mois d'une médiation délicate entre les représentants des ex-rebelles de la Séléka et ceux de la milice anti-balaka.

De l'accord qui aurait été signé, on sait peu de choses : reprend-il la formule de l'accord signé en janvier dernier à Nairobi, mais jamais reconnu par Bangui, ou bien s'agit-il d'un accord véritablement nouveau ? Je rappelle que le premier accord s'accompagnait d'un projet d'amnistie générale et appelait au remplacement des autorités de transition en place, deux points inacceptables pour les autorités de Bangui, qui ont toujours refusé de reconnaître la légitimité de ces négociations.

Monsieur le ministre, de quelles informations disposez-vous au sujet de cet accord ? Pensez-vous qu'il puisse se traduire sur le terrain par un véritable cessez-le-feu ?

La Centrafrique est engagée dans un processus de transition fragile et laborieux qui doit déboucher cet été sur des élections législatives et présidentielle, après des mois de violence et de chaos.

Or ce processus a déjà pris du retard, puisque le forum national de réconciliation, initialement prévu en février dernier, doit désormais se tenir à Bangui du 27 avril au 4 mai prochains. La présidente de transition, Mme Samba-Panza, semble attendre beaucoup de ce forum qui doit réunir toutes les parties impliquées dans la crise, mais sans que l'on sache si les anciens présidents Bozizé et Djotodia pourront y participer.

Monsieur le ministre, alors que les forces françaises de l'opération Sangaris, présentes depuis décembre 2013 en Centrafrique, ont vocation à être réduites à 1 500, puis à 700 hommes, que pouvez-vous nous dire de la situation sur le terrain ? La France participera-t-elle d'une façon ou d'une autre au forum de Bangui ?

M. le président. Je vous prie de conclure, mon cher collègue.

M. Guillaume Arnell. Quelle appréciation portez-vous sur l'évolution du processus de transition en cours et pensez-vous que le « pari » des élections prévues cet été, pour reprendre une expression de la présidente Samba-Panza, sera tenu ? (Applaudissements sur les travées du RDSE, ainsi que sur les travées du groupe écologiste et du groupe socialiste.)

M. le président. La parole est à M. le ministre des affaires étrangères et du développement international.

M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international. Monsieur Arnell, vous avez commencé votre intervention – chacun y a été sensible – en rappelant les événements tragiques qui se sont produits il y a peu au Kenya.

Ce pays, qui avait déjà été touché dans le passé, a été frappé d'une manière absolument abominable, et vous avez tous vu ces images terribles : qu'y a-t-il de pire, en effet, que de voir des jeunes gens qui ne demandent qu'à étudier assassinés, pourchassés, « tirés » comme on ne le ferait pas pour des animaux, pour la seule raison qu'ils sont chrétiens ?

Devant un crime aussi épouvantable, notre réaction – partagée, j'en suis sûr, par le Sénat tout entier – tient en deux mots : solidarité et soutien. D'une manière active, qu'il n'est pas nécessaire de détailler à cet instant, la France soutient la population et le gouvernement kényans.

Vous m'avez ensuite interrogé, monsieur le sénateur, sur la situation actuelle de la Centrafrique et sur ses développements possibles.

En ce qui concerne l'accord qui, paraît-il, a été conclu, ni la présidence centrafricaine ni les capitales régionales ne le reconnaissent ; je ne m'y arrêterai donc pas.

Je vous rappelle que notre pays a été obligé d'intervenir dans ce pays pour éviter un génocide. Il l'a fait sur le fondement d'une autorisation de l'Union africaine et à la demande des Nations unies. Si les problèmes ne sont pas tous résolus – M. le ministre de la défense, avec qui je travaille tous les jours, le sait bien –, la sécurité, si l'on se place d'un point de vue global, ce qui est nécessaire, s'est nettement améliorée sur le terrain. Ainsi, dans la capitale, la vie a repris son cours.

Cette stabilisation devrait nous permettre de continuer à réduire les effectifs de l'opération Sangaris ; notre intention est de les ramener à 800 hommes d'ici à la fin de l'année.

La priorité consiste désormais à assurer la tenue des élections ; tout est mis en œuvre pour qu'elles puissent avoir lieu. Lorsque le Mali s'est trouvé dans la même situation, je me souviens que l'on nous disait que les élections ne pourraient pas avoir lieu – ce n'était pas la bonne saison, il y avait les pluies, et ceci ou cela. Le gouvernement malien avait tenu bon, nous aussi, et toute la communauté internationale. Finalement, les élections s'étaient bien passées… Tous les efforts doivent converger pour qu'il en soit de même en Centrafrique.

La volonté de Mme Samba-Panza et des autorités de transition est tout à fait claire, malgré les problèmes matériels, notamment ceux qui sont liés aux financements internationaux. En ce qui concerne les candidatures qui se préparent, je crois qu'il ne faut pas trop évoquer des personnalités qui, dans le passé, ont exercé des responsabilités sans s'illustrer par un bilan très positif pour leur pays.

Nous souhaitons que ces élections puissent être organisées à partir de l'été 2015, et nous travaillons dans cet objectif.

Enfin, sur le plan de la solidarité internationale, nous avons mobilisé nos principaux partenaires, en particulier l'ONU, qui vient de renforcer la Mission intégrée multidimensionnelle de stabilisation des Nations unies en République centrafricaine, la MINUSCA, dans la perspective des élections, et l'Union européenne, dont la mission EUFOR a été prolongée, et je peux dire que nous y avons beaucoup contribué ; je pense également au FMI et à la Banque mondiale.

Monsieur Arnell, la République centrafricaine n'est pas une crise oubliée. Au contraire, la communauté internationale, et la France au premier rang, se mobilise pour préparer les prochaines échéances. L'organisation du forum national de réconciliation, prévu à Bangui à la fin de ce mois, puis la tenue des élections est le meilleur moyen de sortir enfin ce pays de la triste situation dans laquelle il se trouve depuis des années ! (Applaudissements sur les travées du groupe socialiste et du RDSE.- M. Aymeri de Montesquiou applaudit également.)

<<< Revenir à la liste