Accueil » Débat sur l'état des négociations internationales climatiques et les conclusions de la conférence de Durban

Débats

  • Les débats

LE TRAVAIL PARLEMENTAIRE DU RDSE<<< Revenir à la liste

Les débats

Débat sur l'état des négociations internationales climatiques et les conclusions de la conférence de Durban

Intervention de monsieur Raymond Vall

Raymond VALL
aperçu Débat sur l'état des négociations internationales climatiques
&autoplay=1&width=350&height=250&showtime=1&srt=1&skin=player_flv_skin001.jpg&margin=10&playercolor=cccccc&buttoncolor=333333&buttonovercolor=999999&slidercolor1=333333&slidercolor2=0&sliderovercolor=999999&loadingcolor=0&showfullscreen=1" />

Aucune vidéo

M. le président. La parole est à M. Raymond Vall.

M. Raymond Vall. Monsieur le président, madame la ministre, mes chers collègues, je ne reviendrai pas sur le bilan de la conférence de Durban, objet de mon intervention précédente, pour me placer dans le cadre de l'hypothèse la plus pessimiste en matière de réchauffement climatique.

Un rapport de l'Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique, dont les conclusions sont malheureusement toujours d'actualité, a montré que tous les domaines de l'économie seront touchés, voire bouleversés, par ce phénomène.

Ce sera notamment le cas des activités liées à l'utilisation de l'eau - on a pu estimer que, à besoins constants, un déficit hydrique d'environ deux milliards de mètres cubes par an pourrait apparaître - et à la biodiversité, mais aussi des secteurs de la santé - certains réchauffements climatiques saisonniers l'ont bien montré, comme celui de 2003, qui a été catastrophique -, de l'énergie et du tourisme.

Malgré la situation économique mondiale actuelle, le réchauffement climatique n'est pas une question secondaire, accessoire, dont on pourrait penser qu'elle ne concerne que nos enfants et petits-enfants. Il est au contraire au cœur du problème qui se pose aujourd'hui à nous.

En effet, la logique du marché, celle d'un libéralisme totalement débridé, qui domine toujours davantage l'économie mondiale, se traduit par une exploitation sans cesse croissante des ressources de la planète, au risque de voir ces dernières s'épuiser et au prix d'une pollution de plus en plus importante.

Cette situation est évidemment sous-tendue par la recherche exclusive du profit, qui impose de créer des besoins inutiles. Vers 1965, on a vu apparaître le marketing, dont la merveilleuse philosophie, pour dégager des profits, est non pas de créer des produits utiles à l'humanité, mais d'inventer des besoins, même s'ils ne correspondent à rien.

Bien sûr, cette politique économique a produit des inégalités, de l'exclusion et de la misère.

La crise économique actuelle est un effet immédiat de cette situation, et les conséquences sur la planète risquent d'être beaucoup plus graves encore.

En effet, la réalité physique l'emportera, toujours, sur les constructions économiques et financières des hommes. Or celle-ci peut se résumer de façon très simple : d'un côté, la population de la planète ne cesse d'augmenter, puisque nous avons récemment passé le cap des 7 milliards d'individus et atteindrons le seuil des 9 milliards avant 2050 ; de l'autre, nous vivons dans un monde fini, dont les ressources sont, à plus ou moins long terme, limitées.

Quand bien même certaines ressources peuvent être qualifiées de « renouvelables », elles ne seront pas suffisantes pour satisfaire une économie avide de profits illimités. À cet égard, mes chers collègues, j'ai été impressionné par le calcul réalisé par un scientifique du CEA, le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives, Roland Lehoucq : celui-ci montre que, avec une croissance globale des dépenses énergétiques de 5 % par an, il arrivera un moment où même toute l'énergie du soleil, si l'on arrivait techniquement à la capter, ne suffirait plus à satisfaire cette croissance exponentielle.

À partir de ce constat, il est clair qu'un autre modèle économique doit être adopté de manière urgente. Celui-ci doit prendre en compte l'impérieuse nécessité de préserver les ressources de la planète et d'éviter tout gaspillage inutile. Cet objectif suppose, je l'ai dit, un mode de vie plus sobre, mais pour autant pas moins heureux.

Le partage équitable des richesses entre tous les habitants de la planète est une nécessité qui s'imposera à nous.

Si cette mutation implique, bien entendu, un nouveau modèle économique, nous devons construire ce dernier avec réalisme, donc prévoir des périodes de mix énergétique, qui permettront à l'humanité de s'engager dans une telle démarche, en recherchant de nouvelles énergies ou des techniques susceptibles de capter beaucoup efficacement qu'à présent les énergies existantes.

En tenant compte des diverses conférences et des sommets internationaux, nous devons, en tant qu'élus, travailler à favoriser la prise de conscience qui est absolument indispensable si l'on veut changer les systèmes régissant aujourd'hui notre économie. En effet, je le répète, si le réchauffement climatique est un problème planétaire, sa solution est territoriale.

À ce titre, l'engagement des élus, des collectivités et des acteurs économiques sera primordial pour relever un défi qui est, selon moi, celui de la sauvegarde de l'humanité. (Applaudissements sur certaines travées du RDSE - Mme Corinne Bouchoux applaudit également.)

<<< Revenir à la liste