Accueil » Débat sur l'évolution des missions assurées par les services déconcentrés de l'Etat au profit des collectivités territoriales

Débats

  • Les débats

LE TRAVAIL PARLEMENTAIRE DU RDSE<<< Revenir à la liste

Les débats

Débat sur l'évolution des missions assurées par les services déconcentrés de l'Etat au profit des collectivités territoriales

Intervention de Pierre-Yves Collombat

Pierre-Yves COLLOMBAT

Aucune vidéo

M. le président. La parole est à M. Pierre-Yves Collombat.

M. Pierre-Yves Collombat. Monsieur le président, monsieur le ministre, mes chers collègues, où va l'État territorial ? Quel élu local déconcerté par l'avalanche de réformes parallèles touchant aux services territoriaux de l'État et collectivités locales au cours des dix dernières années ne s'est pas posé la question ? Merci à nos collègues Éric Doligé et Marie-Françoise Perol-Dumont d'avoir donné la parole à ces élus et de nous permettre d'en débattre.

Pourtant, j'ai le sentiment que les incohérences d'exécution bien réelles que nos collègues épinglent dans leur rapport dissimulent une logique, celle de la dissolution du modèle républicain français d'organisation territoriale dans tout autre chose. Ce modèle que l'on dit « jacobin » correspond plutôt à un jacobinisme bien tempéré, alliage d'un jacobinisme théorique, centralisateur et d'un girondinisme de fait.

Ainsi, depuis la grande Révolution, la citoyenneté a deux faces : une face locale et une face nationale. La République est au village en même temps qu'à Paris. Contrairement à ce que l'on croit souvent, la commune française est la cellule de base de la gestion territoriale la plus autonome des grandes démocraties.

Si la démocratie locale est autant jacobine que girondine, l'État s'est fait de moins en moins jacobin tout au long d'un processus de décentralisation séculaire. De plus, ce que l'on oublie trop, il a joué le rôle d'un acteur local et pas seulement celui de surveillant général ou de courroie de transmission du Gouvernement.

Pierre Grémion l'a bien montré : dans le schéma classique d'administration territoriale française, il n'y a pas, d'un côté, l'administration de l'État et, de l'autre, les représentants de la population, mais une « consonance entre l'administration et son environnement » qui dépasse de beaucoup un simple accord de climat. L'administration préfectorale est autant le porte-parole de l'État auprès du terrain que l'inverse, c'est-à-dire du terrain auprès du pouvoir central.

De plus en plus et, surtout, sur la plus grande partie du territoire, l'État a d'abord marqué sa présence grâce à ses ingénieurs des Ponts et Chaussées ou à ceux des Eaux et Forêts. Il s'agissait d'une présence bénéfique et très appréciée qui faisait oublier ce que peuvent avoir d'urticantes les tracasseries de la bureaucratie régalienne. Au travers de ses ingénieurs, l'État est devenu partenaire et parfois acteur du développement local. Son désengagement progressif pour laisser place au marché – car c'est bien de cela qu'il s'agit – sera ressenti comme un abandon. C'est d'ailleurs ce que j'ai cru lire entre les lignes dans votre rapport.

Pour Pierre Grémion, cette symbiose entre fonctionnaires de l'État et élus locaux constituait un véritable « pouvoir périphérique ».

Les réformes intervenues ces dix dernières années au niveau tant des collectivités locales que des services de l'État visent à faire disparaître ce modèle sans le dire, voire en soutenant le contraire.

Fini l'État acteur et conseilleur ! Place aux intercommunalités les plus grandes possible, chargées d'assurer à leurs frais les services que l'État n'assume plus. Place aux cabinets d'expertise privés et au marché. Place aux départements transformés en services extérieurs de l'État social. Place aux grandes régions planificatrices de ce que d'autres, notamment les métropoles, voudront bien faire.

Sans compter que la RGPP, la MAP, la RéATE, ou encore le plan Préfectures nouvelle génération, sont en réalité la déclinaison d'un seul plan, le PRPTE, c'est-à-dire le plan de réduction de la présence territoriale de l'État, lui-même chapitre du grand plan de rigueur budgétaire, expression de la même logique.

Il faut bien garder en mémoire le fait que cette disparition du territoire de l'État acteur ne constitue en rien une nouvelle étape de la décentralisation, contrairement à ce que prétend le discours officiel. Elle correspond en réalité au renforcement de la tutelle du marché – il n'est qu'à voir le délabrement du service public sur la plus grande partie du territoire – assorti d'une nouvelle manière pour l'État d'exercer le pouvoir, ce que l'on a pu appeler « gouverner à distance ».

Sans renoncer à la contrainte par la loi et par la norme, lesquelles sont de plus en plus nombreuses et détaillées, bien que l'on s'en plaigne, l'État tend à utiliser des leviers de pouvoir plus libéraux et apparemment non contraignants : je parle là des appels à projets dont l'État sélectionne les bénéficiaires mis en concurrence, des fonds plus ou moins exceptionnels de ceci ou de cela, aussi encadrés que les promotions publicitaires où – vous l'avez remarqué – l'on n'est jamais dans la bonne case, des bonifications – il n'est qu'à voir les incitations aux fusions de communes –, de la contractualisation – on en réclame même –, du conventionnement, de l'affichage des bonnes pratiques, ou encore du benchmarking. Voilà la nouvelle façon de gouverner !

Condition nécessaire pour que cela fonctionne, réduire l'autonomie financière des collectivités territoriales et organiser leur dépendance vis-à-vis de l'État. C'est fait !

Au final, on a simplement remplacé l'État local, acteur de terrain, par l'État central bureaucratique, et ce au nom de l'autonomie de collectivités locales ainsi mises en concurrence et d'une saine gestion des finances publiques. C'est tout bénéfice pour la haute bureaucratie, dont les effectifs, eux, n'ont pas diminué : elle n'aura plus à se colleter avec les manants d'en bas, désormais totalement libres de prendre ou de laisser, à leurs risques et périls, du moins tant qu'ils accepteront de se tenir tranquilles ! (Applaudissements sur les travées du RDSE et du groupe CRC.) (Applaudissements sur les travées du groupe CRC. – MM. René Vandierendonck et Jean-Marc Gabouty applaudissent également.)

<<< Revenir à la liste