Accueil » Débat sur l'intelligence artificielle, enjeux économiques et cadres légaux

Débats

  • Les débats

LE TRAVAIL PARLEMENTAIRE DU RDSE<<< Revenir à la liste

Les débats

Débat sur l'intelligence artificielle, enjeux économiques et cadres légaux

Questiion de Jean-Noël Guérini dans le débat interactif

Jean-Noël GUÉRINI

Aucune vidéo

M. le président. La parole est à M. Jean-Noël Guérini.

M. Jean-Noël Guérini. Monsieur le président, monsieur le secrétaire d'État, mes chers collègues, à mon tour, je souhaite remercier Claude Malhuret d'avoir engagé ce débat important pour l'avenir de notre pays.

Les technologies fondées sur l'intelligence artificielle, dont l'apparition remonte déjà au milieu du XXe siècle, monsieur le secrétaire d'État, ont des effets substantiels tant sur les individus que sur l'économie et la société. Porteuses d'innovations fascinantes, elles posent des problèmes résultant de leur intégration au sein des « systèmes institutionnels » et suscitent aussi de vives inquiétudes en matière d'éthique, mais aussi et surtout d'emploi.

Tous les pays ne jouent pas à armes égales. En Suède, près de 6 % des salariés travaillent dans le secteur de la communication électronique, contre seulement 1,2 % en Grèce. La France, quant à elle, est dans la moyenne européenne, avec 3,6 %.

Lancée à la fin du mois de janvier, l'opération «France IA » a mis en place dix-sept groupes de travail mobilisant quelque cinq cents experts, chercheurs et représentants du monde de l'entreprise chargés de définir une stratégie de mise en valeur et de développement de cette filière.

Le rapport de « France IA » et celui de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques intitulé « Pour une intelligence artificielle maîtrisée, utile et démystifiée », publiés au mois de mars dernier, ont mis en exergue une cinquantaine de recommandations pertinentes afin de réguler les bouleversements sociaux. S'il est vrai que les recherches actuelles en sciences économiques ne permettent pas encore d'apprécier précisément les effets de l'IA, elles pointent néanmoins les risques de destruction d'emplois ou de dénaturation des emplois induits.

Permettez-moi dans ce cadre, monsieur le secrétaire d'État, de faire un parallèle avec le plan pour la formation professionnelle présenté récemment par le Président de la République. Ma question est simple : les politiques publiques envisagées sont-elles suffisamment attractives pour permettre à ceux qui en auront besoin de se former ou de se reconvertir grâce à la filière de formation nationale sur l'intelligence artificielle ?

M. le président. La parole est à M. le secrétaire d'État.

M. Mounir Mahjoubi, secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargé du numérique. Monsieur le sénateur, vous posez la question de la transformation des compétences, des emplois, des outils de formation et m'interrogez sur la façon dont nous sommes capables de mettre en place le pilotage de cette transformation. Sur ce sujet, nous avons décidé d'avoir une vision très pragmatique, qui traite à tous les étages des différents niveaux de compétences.

Ce sont d'abord les compétences numériques universelles, ou littératie numérique, qui doivent être accessibles à tous : fonctionnaires, salariés et même personnes qui ne sont pas dans l'emploi. Quinze, vingt, trente, voire quarante heures sont indispensables pour acquérir les premières compétences numériques, celles qui semblent une évidence pour nous tous, mais qui, aujourd'hui, ne sont pas maîtrisées par près de 13 millions de Français, soit quasiment 20 % de la population. C'est un enjeu dans l'emploi et hors de l'emploi, sur nos territoires.

Ce sont ensuite les compétences professionnelles d'emplois nouveaux à créer et d'emplois nouveaux à conquérir. Certains, qui savent déjà très bien lire, très bien écrire, utiliser un ordinateur, vont voir une partie de leur emploi se transformer en emploi du numérique. Il faudra que notre outil de formation professionnelle soit capable de les accompagner en quelques mois.

Pour tous ceux qui sont hors de l'emploi et qui vont aller vers des métiers complètement nouveaux, deux possibilités existent. Pour la très haute compétence, l'université, dans le cadre du LMD, licence-master-doctorat, proposera de nouvelles formations.

Le PIA 3 contient d'ailleurs un chapitre intitulé « nouvelles formations ». Tout à l'heure, j'ai évoqué les nouvelles écoles de recherche. Les nouvelles formations qui viennent d'être retenues sont intéressantes : elles concernent des métiers et proposent des contenus pédagogiques que nous ne connaissons pas et qui formeront nos ingénieurs et nos experts de demain.

Par ailleurs, plusieurs centaines de milliers de techniciens doivent être formés. Là, notre outil de formation n'est pas prêt. C'est un véritable enjeu pour le ministre de l'éducation nationale, la ministre de l'enseignement supérieur, la ministre du travail et moi-même : nous travaillons à créer de la souplesse et de la capacité, avec des formations de type Agile ou d'un type nouveau, qui n'entrent pas forcément dans le cadre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur ou de la certification professionnelle.

Je pense ainsi à la Grande École du numérique, qui certifie plusieurs centaines de formations sur tout le territoire. Il en existe plusieurs près de chez vous, mesdames, messieurs les sénateurs : là, au sein de vos territoires, les gens sont formés sans discrimination de leur parcours préalable et obtiennent, dans des formations de six mois à deux ans – la durée est flexible –, non pas un diplôme, mais une certification et un ensemble de compétences sur des emplois nouveaux où il y a de la recherche d'emploi.

Aujourd'hui, la ministre du travail et moi-même menons une réflexion sur la façon de développer ce type de formation à une plus grande échelle. Nous avons en effet la conviction que, sur les emplois de techniciens, d'assistants-techniciens, dans la sécurité des réseaux, dans le e-commerce, dans l'assistance aux nouvelles technologies, nous aurons besoin de médiateurs entre les salariés, les clients et les technologies et qu'il est possible de former ces personnes.

C'est à nos yeux une occasion majeure ! Pour ma part, je crois très fort aux techniciens. Je vous rappelle – c'est l'occasion de parler de soi de temps en temps ! (Sourires) – que j'ai été pendant neuf ans technicien réseau au sein d'une hotline : j'ai dépanné près de 9 000 Français au téléphone et je me fais une fierté d'avoir été de ceux qui accompagnent nos concitoyens à maîtriser les technologies. Je veux qu'il y en ait encore plus en France. (Applaudissements sur les travées du groupe La République En Marche.)

<<< Revenir à la liste