Accueil » Débat sur l'avenir de l'institut français

Débats

  • Les débats

LE TRAVAIL PARLEMENTAIRE DU RDSE<<< Revenir à la liste

Les débats

Débat sur l'avenir de l'institut français

Question de Jean-Noël Guérini dans le débat interactif

Jean-Noël GUÉRINI

Aucune vidéo

Mme la présidente. La parole est à M. Jean-Noël Guérini, pour le groupe du Rassemblement Démocratique et Social Européen.

M. Jean-Noël Guérini. Madame la présidente, monsieur le secrétaire d'État, mes chers collègues, l'actualité récente ne me démentira pas : la France a retrouvé une place qu'elle n'aurait jamais dû céder dans le concert des nations.

Dans le droit fil de notre histoire, notre politique étrangère, indissociable de notre présence sur de nombreux théâtres d'actions militaires, entend être à la hauteur d'une France qui rayonne.

Si la fierté peut être de mise, sachons aussi rester modestes. Permettez-moi, monsieur le secrétaire d'État, d'exprimer une inquiétude, alors que nous débattons cet après-midi du rôle et de l'avenir de l'Institut français.

Cet établissement public, chargé de la délicate mission de favoriser la promotion des arts et des lettres à l'étranger, pour utiliser une expression volontairement désuète, vient d'atteindre l'âge de raison. Or ce jeune parcours n'a pas été un long fleuve tranquille : souvenons-nous de l'instabilité de la gouvernance et de la grève de 2015, qui nous avait conduits à constater que l'institut était en quête « d'un nouveau souffle, d'une nouvelle ambition et d'une position plus claire ».

Spectacle vivant, livre, cinéma, soutien à tous les savoirs et aux idées : tels sont les secteurs d'intervention de l'Institut français, aux côtés d'un réseau de 160 services de coopération, de 124 établissements à autonomie financière et de quelque 800 alliances françaises installées sur les cinq continents. Pourtant, d'un point de vue financier, cette année encore, si ce n'est pas la peau de chagrin, c'est au moins la disette.

Ne vous méprenez pas : je mesure qu'il importe de réduire la dette publique. Après avoir subi une baisse de 25 % entre 2011 et 2017, au prétexte que le numérique compenserait ce recul, les crédits alloués à l'Institut français stagneront en 2018. C'est bien et court à la fois… Sans sous-estimer l'importance des réseaux sociaux, il ne faut pas céder aux dangereuses illusions que peut nourrir la multiplication des clics.

Monsieur le secrétaire d'État, ne pourrions-nous pas sanctuariser ces crédits, afin de réaffirmer au monde que la patrie des droits de l'homme reste fidèle à sa vocation universaliste et aux Lumières, en même temps qu'elle n'hésite pas à être au diapason de la révolution numérique ?

Mme la présidente. La parole est à M. le secrétaire d'État.

M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des affaires étrangères. Monsieur le sénateur, vous avez raison : pour voyager beaucoup à l'étranger, comme un certain nombre de membres de cette assemblée, je constate comme vous une indéniable envie de France. J'ai pu le constater encore ce matin en rencontrant l'AmCham Europe, les représentants des grandes entreprises américaines en Europe.

Nous devons donc constamment faire preuve d'initiative, avec modestie, mais aussi la conscience que nous sommes attendus ; cela vaut dans le domaine européen et, comme vous l'avez rappelé, dans le domaine culturel.

Vous avez rappelé certains aspects du bilan des dix dernières années. Il faut dire que, après que M. Darcos eut présidé à la naissance de l'Institut français, un ensemble de circonstances a fait que, pendant deux ou trois ans, il n'y a pas eu de présidence stable.

Désormais, M. Buhler, un éminent diplomate, assume la présidence de l'institut. Je ne doute pas que lui-même et la directrice générale, très dynamique, réussiront à ancrer encore plus fortement l'institut dans son écosystème.

Vous l'avez souligné à juste titre : les réseaux sociaux, c'est bien, et nous devons indéniablement y être présents, mais il faut aussi du contact et le maintien d'un certain nombre d'activités ou de prestations physiques.

C'est pourquoi nous avons été conduits à sanctuariser les crédits de l'Institut français pour 2018, comme vous en avez émis le souhait. Nous nous attacherons, dans la programmation pour 2019 et 2020, à tenir compte autant que possible dans le cadre du programme 185 de l'ambition réaffirmée par les plus hautes autorités de l'État, laquelle passe par l'Institut français, mais aussi par d'autres canaux – j'y reviendrai peut-être plus tard, madame la présidente, car je m'aperçois que mon temps est écoulé…

<<< Revenir à la liste