Accueil » Débat préalable à la réunion du conseil européen des 28 et 29 juin 2018

Débats

  • Les débats

LE TRAVAIL PARLEMENTAIRE DU RDSE<<< Revenir à la liste

Les débats

Débat préalable à la réunion du conseil européen des 28 et 29 juin 2018

Jean-Claude REQUIER

INTERVENTION INTEGRALE

M. Jean-Claude Requier. Monsieur le président, madame la ministre, messieurs les présidents de commission, mes chers collègues, comme lors des derniers débats précédant la réunion du Conseil européen, je soulignerai, d'abord, la densité de l'actualité internationale et la multiplicité des sujets.

Face aux derniers développements politiques chez nos voisins et partenaires, on est malheureusement tenté de constater un certain isolement du Gouvernement français : Royaume-Uni en plein bouleversement interne en vue du Brexit, coalition allemande en proie à de vives tensions entre CDU et CSU au sujet des migrants, Espagne fragilisée par la question catalane et nouveau gouvernement italien ouvertement europhobe, sans parler de la position singulière des pays de l'Est qui ne sont pas vraiment intégrés dans l'esprit européen.

Dans ce contexte, les négociations en cours pour l'élaboration du prochain cadre financier pluriannuel s'annoncent plus que compliquées. En premier lieu, je souhaite évoquer les bonnes nouvelles – il y en a bien quelques-unes, semble-t-il !

Tout d'abord, le Conseil a acté la sortie de la France de la procédure de déficit excessif. C'est le résultat des politiques menées sous le précédent quinquennat et poursuivies depuis, visant le sérieux budgétaire et une réduction progressive mais constante des déficits.

M. Claude Raynal. Très bien !

M. Jean-Claude Requier. Si l'on peut regretter que les efforts n'aient pas été mieux répartis entre l'État et les collectivités, qui ont payé un lourd tribut, force est de constater que le résultat est là. Il doit permettre à la France de retrouver sa crédibilité auprès de ses partenaires européens et d'être mieux entendue lorsqu'elle fait des propositions sur quelque sujet que ce soit. La Grèce, quant à elle, sort enfin du plan d'aide auquel elle était soumise depuis 2011. Si elle a dû consentir des sacrifices importants, qui ont durement éprouvé sa population, ces efforts n'auront pas été vains et appellent, espérons-le, des lendemains plus fastes et plus cléments.

Autre sujet concernant la Grèce, qui peut paraître anecdotique, mais que je trouve utile de mentionner, bien qu'il ne figure pas à l'ordre du jour du Conseil, vous en avez parlé, madame la ministre, une solution a enfin été trouvée au problème du nom de la Macédoine. Ce différend, né de l'effondrement de la Yougoslavie, il y a plus de vingt ans, et qui empoisonne, depuis, les relations entre ces deux pays qui se disputent l'héritage et la mémoire d'Alexandre le Grand, empêchant, du même coup, la convergence de ce petit État des Balkans vers le reste de l'Europe, appartiendra bientôt au passé.

Enfin, il faut saluer les progrès dans le domaine de la défense européenne, avec la mise en place, sous l'impulsion de la France, du groupe européen d'intervention auquel participent huit autres pays européens. Ce groupe est capable de mener rapidement des opérations militaires ou civiles, comme l'évacuation de pays en conflit ou l'assistance en cas de catastrophe. On peut citer, par exemple, l'opération montée avec les Britanniques et les Néerlandais dans les Antilles après le passage de l'ouragan Irma.

Le groupe d'intervention doit compléter la coopération structurée permanente, lancée en décembre dernier, dont le but est de développer des capacités de défense et d'investir dans des projets communs, en complément de l'Alliance atlantique.

J'en viens maintenant aux sujets difficiles.

Dans le projet de cadre financier post-2020, la Commission européenne a envisagé des coupes dans les principaux budgets, qui nous paraissent, pour l'heure, inacceptables. La réduction drastique du budget de la politique agricole commune, la PAC, avec le risque de renationalisation qu'elle entraîne, fait peser une hypothèque sur les agriculteurs qui pourrait avoir des conséquences très lourdes dans les territoires si rien n'est fait pour y remédier. La PAC ne doit pas être une variable d'ajustement budgétaire. Il nous semble essentiel et non négociable que cette politique reste « commune », conformément au C du sigle PAC !

En ce qui concerne la crise migratoire, je me permettrai ici de relayer les questions soulevées, toute la semaine dernière, par mon collègue et ami Guillaume Arnell, au cours des débats sur le projet de loi « asile et immigration », et lors des questions d'actualité. En l'état actuel, et étant donné la très forte médiatisation de ce sujet, il est plus que jamais urgent de mettre en œuvre une politique de long terme, concertée avec nos voisins et qui prenne en compte les intérêts de tous, en assurant un traitement le plus humain possible des migrants. Je ne parlerai pas là du Président Trump, qui reste un peu comme un caillou dans la chaussure des dirigeants européens !

Pour conclure, je tiens à rappeler que la construction européenne est dans l'ADN du groupe RDSE. Je réaffirme donc qu'il faut plus d'Europe et mieux d'Europe ! C'est une solution au monde tourmenté dans lequel nous vivons. Le Président de la République s'y emploie très bien et nous lui apportons, sur ce projet européen, tout notre soutien. (MM. Jean-Paul Émorine et André Gattolin applaudissent.)

 

<<< Revenir à la liste