Accueil » Accès par thème » PME, commerce artisanat » Projet de loi relatif aux réseaux consulaires, au commerce, à l'artisanat et aux services _ Texte n° 427 (2009-2010)

PME, commerce artisanat<<< Revenir à la liste


Projet de loi relatif aux réseaux consulaires, au commerce, à l'artisanat et aux services _ Texte n° 427 (2009-2010)

Article 13 quater

 

L'article 2 de l'ordonnance n° 45-2138 du 19 septembre 1945 précitée est complété par un alinéa ainsi rédigé :

« Les membres de l'ordre et les associations de gestion et de comptabilité peuvent assister, dans leurs démarches déclaratives à finalité administrative, fiscale et sociale, les personnes physiques qui leur ont confié les éléments justificatifs et comptables nécessaires aux dites démarches. »

M. le président. La parole est à M. Nicolas Alfonsi, sur l'article.

M. Nicolas Alfonsi. Cet article me plonge dans la perplexité. Je ne veux pas défendre une profession contre une autre. Les experts-comptables et les avocats méritent notre respect, puisqu'ils sont probablement à leurs bureaux à cet instant-même et pour quelques heures encore !

Rappelons que l'article 13 quater ne figurait pas dans le projet de loi initial. Il a été introduit à l'Assemblée nationale sur l'initiative de Mme le rapporteur, puis corrigé par la commission de l'économie du Sénat.

Les conditions d'exercice de l'assistanat telles que prévues par le texte issu des travaux de l'Assemblée nationale étaient surréalistes. Étaient en effet visés le conseil et l'assistance des entrepreneurs relevant du régime des micro-entreprises ou d'agriculteurs non soumis au forfait.

Comme vous l'aviez souligné, monsieur le rapporteur, permettre à un expert-comptable de faire tout autre chose que de l'expertise comptable, de surcroît auprès d'entreprises n'ayant aucun besoin en expertise comptable, est paradoxal sinon totalement absurde ! J'avais employé le terme « surréaliste », nous y sommes !

L'article 13 quater nécessitait à l'évidence une modification, mais la commission semble avoir élargi son champ d'application, qui était auparavant restrictif, en visant les « démarches déclaratives à finalité administrative, fiscale et sociale », précision qui, selon moi, ne doit pas figurer dans un texte législatif.

Par ailleurs, les avocats sont divisés. Au moment où je m'exprime, deux scenarii s'offrent à nous. D'une part, le scenario a minima qui nous est proposé et qui tend à sécuriser juridiquement une pratique que vous décrivez comme courante dans votre rapport, monsieur Cornu. Mais cela risque de créer un trouble. D'autre part, un second scenario, rejoignant la proposition de la Caisse nationale des barreaux français, agréée par les experts-comptables, vise la mise en commun de moyens et la pluridisciplinarité, mais nous n'en maîtrisons pas l'ensemble des tenants et des aboutissants. Prenons garde à ne pas troubler l'ordre actuel des choses.

De surcroît, je déplore que la commission des lois n'ait pas été saisie de cette question. Quand il s'est agi de permettre aux notaires de traiter des divorces, un coup d'arrêt immédiat avait été donné ! Nous intervenons de façon quelque peu cavalière dans un domaine que seuls les professionnels maîtrisent pleinement. Si la commission des lois n'a pas été consultée, c'est parce que la disposition en cause n'a pas sa place dans le présent projet de loi. C'est pourquoi je demande la suppression de cette mesure.

<<< Revenir à la liste